MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
artprice
 

Désiré François Laugée

Peinture : Une jeune fille de Picardie

Une jeune fille de Picardie
Une jeune fille de Picardie

Désiré François Laugée
Une jeune fille de Picardie


Technique : Huile
Support : Toile
Sujet : Scène de genre de Désiré François Laugée
Localisation : Collection-Particuliere
Date : 1869 - Lieu : Salon-de-Saint-Quentin

Une jeune fille de Picardie par Désiré François Laugée

Une Jeune fille de Picardie Desire Francois Laugee peintre poete peintres et sculpteurs

Une jeune fille de Picardie : Peinture de Désiré François Laugée. Présentée au Salon de 1869.
Dans Le Glaneur de Saint-Quentin du 1er juin 1869, Valere commente ainsi ce tableau : « …Voici une charmante toile, qui vous attire par je ne sais quel prestige fascinateur : cela est intitulé Une Jeune fille de Picardie. Il y a sur cette physionomie un éclat de beauté sauvage et de verdeur rustique, d’une grâce toute particulière ; la couronne de feuillage, entourant les tresses d’un noir ébène, rappelle involontairement à la pensée les druidesses qui vivaient dans les forets touffues de la Gaule antique. C’est un mélange de l’âcreté du fruit vert avec la fraîcheur d’une eau courant à travers bois ; le dessin en est méticuleux, la couleur vivace, la touche ferme et robuste. »
Dans le Glaneur de Saint-Quentin du 2 juin 1869, Gustave Demoulin commente ainsi cette œuvre : « La Jeune fille de Picardie, que M. Laugée a envoyé au Salon avec sa Pia Dei Tolomei, paraît plutôt appartenir aux campagnes de Rome qu’au canton du Catelet. Ce type a été pour le peintre une heureuse rencontre, et son œuvre est une véritable trouvaille. C’est une étude enlevée un matin d’un coup de brosse, sous l’influence d’un beau rayon de soleil et d’inspiration.
L’artiste a bien fait de l’exposer à l’état d’esquisse ; elle était si bien venue du premier jet, sans préméditation et sans travail, que toute retouche pouvait nuire à ce petit chef-d’œuvre. »
Dans la Revue Les Beaux Arts (de Rouen) Alfred Darcel écrit à propos du Salon de 1869 : « on remarquera la solidité de la tête de la Jeune fille de Picardie de M. Laugée, une jeune vachère d’un caractère singulier qu’il a transformée en druidesse, en ceignant ses cheveux noirs d’une tige de verveine, et en revêtant son buste d’une tunique grise. Avec son nez aplati et sa bouche lippue, cette fillette n’est pas belle, mais l’œil est d’un beau dessin, grand, ouvert sous l’arcade sourcilière, et quelque chose de mystérieux en même temps que volontaire se dégage de cette physionomie poétisée par l’art, et qui rayonne dans l’ombre de la demi-teinte qui l’entoure. »

Retrouvez cette oeuvre sur Desire Laugee.

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]
 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com - Désiré François Laugée