MENU
INFORMATIONS
PARTENAIRES
artprice
 

Désiré François Laugée

Peinture : Le Jour des Pauvres à Nauroy

Le Jour des Pauvres à Nauroy
Le Jour des Pauvres à Nauroy

Désiré François Laugée
Le Jour des Pauvres à Nauroy


Technique : Huile
Support : Toile
Sujet : Tableau de Désiré Laugée sur un thème repris par son fils Georges Laugée.
Localisation : Collection-Particuliere
Date : 1885 - Lieu : Salon-de-Saint-Quentin

Le Jour des Pauvres à Nauroy par Désiré François Laugée

Le jour des pauvres a Nauroy Desire Francois Laugee peintre poete peintres et sculpteurs

Le jour des pauvres à Nauroy : Peinture de Désiré François Laugée. Huile sur toile. Collection privée.
Présentée au Salon de Saint-Quentin de 1885 et commentée, comme suit, dans le « Glaneur » du 10 mai 1885 par Louis Albain : « Le Jour des pauvres à Nauroy, attire l’œil, le retient, le charme et intéresse le cœur. La scène est d’une simplicité qui, semble-t-il, la grandit encore. A la ferme. Sur le large seuil, hospitalièrement ouvert, la fermière – une digne sœur de la vigneronne de Lhermitte bien qu’elle soit indiscutablement la fille de Laugée – reçoit la visite des pauvres vieillards, femmes, enfants et, pour eux, coupe d’un mouvement surprenant de naturel, de grosses tranches dans la miche appétissante. D’autres peuvent venir encore car, sur une table, la part de la charité est faite dans une généreuse mesure. On remplira vos besaces, malheureux, et l’aumône sera accompagnée du sourire, de la bonne parole qui en l’enlèvent l’amertume et en décuplent la valeur pour celui qui la reçoit. La composition est très fortement comprise ; les personnages enlevés et peints sur le vif ; l’expression des physionomies bien humaine. Une belle lumière éclaire la scène et dore les haillons des pâles loqueteux. Le maître a fait œuvre de maître, comme toujours. »
Commentaire par Edmond Deliére au Salon de 1885 : « Laugée est un peintre doublé d’un penseur, à un degré éminent. La femme qui distribue qui distribue du pain aux mendiants de Nauroy est digne de sa sainte mission. Laugée a conçu ce type avec la noblesse de son caractère, et les pauvres secourus n’ont pas à redouter d’humiliations. La charité, dans cette circonstance, signifie fraternité, le plus beau symbole de ce monde nouveau.
Et la preuve que c’est bien ici du symbole de la fraternité qu’il s’agit, c’est que les mendiants soulagés ont une attitude des plus dignes. Plus tard, si la vie leur sourit, si leur horizon s’éclaire, ils sauront rendre aux malheureux le service qu’on leur aura rendu. Ils prodigueront le sentiment de la reconnaissance sans le dédain qui blesse et qui froisse.
Il y a beaucoup de sentiment dans la toile de Laugée. Nous ne parlons pas de la couleur. On connaît la manière de l’artiste et nous n’aurions rien à apprendre à nos lecteurs à ce sujet. Mais par ce temps de débauche de couleurs, où il faut se mettre à la nage pour trouver une idée, on est heureux de rencontrer un artiste qui vous procure une émotion réelle. »

Son fils Georges Laugée a également réalisé le tableau intitulé Le Jour des Pauvres.

Retrouvez cette oeuvre sur Desire Laugee.

Peintres et Sculpteurs

[Haut de la page]
 
© Peintres-et-Sculpteurs.com - Paris-Brest.com - Désiré François Laugée